Essayez Gratuitement
Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement
Attendez ! profitez de notre formation offerte Box initiation
Non merci, pas aujourd'hui

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

MNBC : comment elles fonctionnent ?

Depuis quelques années, la croissance exponentielle des cryptomonnaies force les Etats et les banques centrales à revoir leur mode de fonctionnement. Pour tenter de prendre le virage amorcé par Bitcoin en 2009, certaines banques centrales ont décidé d’émettre une nouvelle forme de monnaie : les MNBC.

Mais que sont-elles réellement ? Ont-elles des points communs avec les cryptomonnaies ou sont-elles bien différentes de leurs homologues ? En tout cas un nombre de plus important d’Etats tentent de créer leur propre monnaie numérique.

Sommaire

Pièces entassées

Qu’est ce qu’une MNBC ?

Les discussions autour des MNBC sont très récentes. En fait elles ont vu le jour à partir de la fin des années 2010, quand les banques centrales ont commencé à craindre de perdre leur souveraineté monétaire face aux cryptomonnaies et aux projets privés (Diem de Facebook).

Pour le moment la grande majorité n’en sont qu’au stade embryonnaire et leur structure reste floue et à définir.

Mais pour en revenir à la définition, une MNBC (Monnaie Numérique de Banque Centrale) est une forme de monnaie fiduciaire sous format numérique. Jusqu’ici rien de très nouveau par rapport à l’argent sur un compte bancaire.

Sauf que contrairement à l’argent scriptural que chacun connaît déjà, une MNBC est bien émise par une banque centrale et non par une banque commerciale.

Pour un particulier cela peut paraître anodin puisque sur le plan de l’usage cela change assez peu de choses : des chiffres inscrits sur un compte bancaire.

Sauf que ces chiffres, dans le cas d’une MNBC, sont inscrits au passif d’une banque centrale et non plus au passif d’une banque commerciale. Cela change beaucoup de choses d’un point de vue politique.

En effet, jusqu’à aujourd’hui (début des années 2020) l’argent numérique créé depuis des années était l’apanage des banques commerciales. Seules les billets physiques étaient l’œuvre des banques centrales.

Sauf que la différence entre un billet et un compte adossé à la banque centrale c’est bel et bien l’anonymat. En créant une monnaie numérique facilement traçable, les Etats se garantissent un contrôle monétaire sans pareil.

Chaque citoyen aurait ainsi un compte personnel auprès de la banque centrale. Quid des banques commerciales dans l’histoire ? C’est une question encore très épineuse, et il se dit que celles-ci auraient à terme un rôle d’intermédiaire entre les banques centrales et les particuliers.

Les différences entre monnaie numérique et Crypto-monnaie

Le mouvement autour des MNBC a clairement vu le jour en réponse à l’avènement des cryptomonnaies. Devant la démocratisation et la croissance folle des cryptos, les banques centrales ont été contraintes de réagir dans l’urgence.

Leur premier réflexe a donc été de protéger leur souveraineté monétaire face à la menace Bitcoin. Et quoi de mieux que d’utiliser les armes de l’ennemi pour tenter de le contrer ?

Effectivement, même si toutes ne fonctionnent pas ainsi, la plupart des essais et expériences menés autour des MNBC le sont à travers différentes blockchains.

Les blockchains jouissent de nombreux avantages, parmi lesquelles leur rapidité d’exécution, leur transparence et leur programmabilité.

Cependant tous les projets de MNBC ne reposent pas sur une blockchain, à l’image de la Chine. Une MNBC n’est donc pas forcément une cryptomonnaie.

À lire aussi :

Mais la vraie différence entre une monnaie numérique et une crypto-monnaie se situe dans sa décentralisation. Bien que les banques centrales semblent user des mêmes outils et actionner les mêmes leviers que les cryptos, en réalité le résultat est tout autre.

Car si Binance et sa BNB Chain ont souvent été raillés pour leur manque de décentralisation avec leurs « seulement » 21 validateurs, quand on parle de MNBC il n’y a bien qu’un seul « validateur » au bout du compte : la banque centrale.

A l’inverse de la philosophie à l’origine des cryptos qui prône la décentralisation, le but d’une MNBC est au contraire de centraliser le pouvoir monétaire autour d’une banque centrale.

Ainsi, là où la plupart des cryptos essaient de mettre ne place des système de gouvernance (imparfaits certes) pour voter les décisions, une MNBC choisit de manière unilatérale sa politique d’émission monétaire.

En plus de cela, une telle mise en place peut poser des questions d’ordre politique puisqu’avec un compte bancaire public le contrôle sur les finances des citoyens est total, il n’y a même plus la concurrence entre banques.

La censure devient donc encore plus facile, à l’inverse des cryptos qui sont justement là pour permettre des échanges incensurables entre individus.

Monnaie numérique : les premières en circulation

Comme expliqué plus haut, la plupart des projets de MNBC n’en sont encore qu’à un stade très peu avancé. Certains pays commencent tout juste leurs recherches, tandis que d’autres en sont en phase de test.

Parmi les gouvernements les plus avancés en la matière en 2022 nous pouvons en citer quelques uns :

  • la Chine. Evidemment c’est sûrement le premier Etat qui vient en tête quand on parle de MNBC étant donné que c’est le plus avancé sur le sujet.

Lancé dans une guerre économique avec les Etats Unis, le pays travaille d’arrache pied depuis 2020 sur son Yuan numérique afin de concurrencer le dollar américain.

Les salaires ont d’ores et déjà commencé à être payés en monnaie numérique et des distributeurs spécifiquement dédiés ont également été installés dans le pays.

Selon les estimations déjà plus de 10% de la population chinoise serait convertie au yuan numérique et récemment certaines villes chinoises ont fait état de la possibilité de payer ses impôts en yuan numérique.

  • le Brésil. Là aussi le pays a bien avancé sur le dossier de sa MNBC. Le gouvernement a consulté une quarantaine d’acteurs issus de la blockchain, de la finance traditionnelles ou encore de la DeFi.

Au sortir de ces échanges, le Brésil a confié la responsabilité d’établir un Real numérique à 9 entités, parmi lesquelles Aave, Visa, ConsenSys ou encore Microsoft.

À lire aussi :

La MNBC en question devrait être en phase de test dès le second semestre 2022 et son lancement officiel est souhaité pour 2023 ou 2024 dans le pire des cas.

  • la Turquie. Le pays connaît depuis de nombreux mois un épisode d’hyperinflation qui dévalue fortement sa monnaie. Sur le seul mois de novembre 2021, la lire turque s’est dépréciée de -40% face au dollar américain.
Graphique du BTC face à la livre turque
Comparé au graphique du BTC/USD, le BTC reste solide face à la livre turque

Le gouvernement espère grâce à cette création de MNBC redorer le blason de sa monnaie. Un choix aussi motivé par le fait que la population turque fait partie de celles qui ont le plus largement adopté les crypto-monnaies.

Avatar autheur

Rédacteur financier
boursopedia Cryptomonnaie Technologie Blockchain MNBC : comment elles fonctionnent ?
Publiez vos articles

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents