Essayez Gratuitement
Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement
Attendez ! profitez de notre formation offerte Box initiation
Non merci, pas aujourd'hui

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Hedera (HBAR)

Hedera Hashgraph est une blockchain de type Proof of Stake (PoS) qui se veut très rapide et peu chère. Cependant elle apparaît relativement singulière dans l’écosystème des crypto-monnaies.

Sommaire

Hedera Hashgraph HBAR

Caractéristiques de Hedera Hashgraph

Même si comme beaucoup d’entre elles, elle permet aux entreprises comme aux particuliers de créer et d’interagir avec des applications décentralisées (Dapps), elle diverge par bien des aspects.

Tout d’abord il faut noter que la technologie sous-jacente est brevetée et non open source comme le sont l’immense majorité des crypto-monnaies aujourd’hui.

De la même manière, son système de consensus, le hashgraph, est relativement novateur comparé à ce qui se fait habituellement.

Quelle est l’histoire de Hedera Hashgraph ?

Le projet est imaginé dès 2016 par le Dr Leemon Baird et son compatriote Mance Harmon.

Mais c’est véritablement en 2018 que tout commence. Une ICO a lieu en août 2018 afin de lever des fonds. Ce tour de table a ainsi permis de récolter 100 millions de $. Le prix des jetons au moment de l’ouverture au public était de 0,12$.

Il faut savoir qu’au préalable il y avait déjà eu deux séries de ventes privées. En janvier, puis en mars 2018 ces deux ventes avaient offert des tokens pour respectivement 0,001$ et 0,005$.

Ces préventes étaient essentiellement destinées aux employés, aux conseillers du projet et aux contributeurs de la première heure.

Par la suite le mainnet d’Hedera hashgraph est lancé en septembre 2019. Puis en 2021 la HBAR Foundation est créée. Elle a désormais le contrôle sur l’administration et la distribution de subventions.

Les Tokenomics du HBAR

Le token du projet est le Hedera (HBAR). Celui-ci dispose d’une offre maximale de jetons de 50 milliards d’unités. Au printemps 2022 déjà 40% de cette supply max était en circulation.

L’entreprise publie régulièrement des rapports d’émission de tokens. Plus d’informations sont consultables ici.

Au total ce sont 17,45% des tokens qui ont été distribuées lors des premières ventes privées

Le token HBAR remplit essentiellement 2 fonctions :

  • Il est tout d’abord le carburant qui permet de payer les transactions et l’utilisation des smart contracts sur la blockchain.
  • En second lieu il offre la possibilité de sécuriser le réseau en participant à la preuve d’enjeu en bloquant ses jetons.

Enfin il faut noter que les deux fondateurs détiendraient pour 2 milliards de jetons HBAR, soit l’équivalent de 4% de l’offre totale de tokens. Cette allocation totale leur sera versée pendant la durée de leur vesting prévue sur 6 ans.

Tokenomics du Hedera
Tokenomics du Hedera

Quelle technologie utilise Hedera Hashgraph ?

Le réseau prend en charge une machine virtuelle comparable à l’EVM d’Ethereum, lui permettant d’exécuter des contrats intelligents écrits en Solidity.

Aussi, comme dans toute blockchain à preuve d’enjeu (PoS), les utilisateurs peuvent choisir de bloquer leurs tokens en les stakant afin de sécuriser le réseau et d’obtenir des récompenses en retour.

Cependant, en dehors de cela son fonctionnement apparaît bien différent des standards habituels.

La blockhain utilise un système de consensus novateur appelé le Hashgraph. Ce consensus qui se veut d’un genre nouveau est composé de deux types de nœuds. Les premiers sont les nœuds de consensus, ils servent à déterminer l’ordre et l’historique des transactions. Les nœuds miroirs servent quant à eux à transmettre les informations aux participants du réseau.

Chaque nœud assemble son propre graphe orienté acyclique (DAG) représentant les événements existants. Cela change la manière dont les transactions sont ajoutées au registre distribué qu’est la blockchain.

 Sur une blockchain classique les blocs sont ajoutés les uns à la suite des autres afin de créer un historique de transactions cohérent par rapport à leur date d’émission. A l’inverse, sur un DAG les blocs sont ajoutés au registre sans prendre en compte leur ordre.

Si cela offre évidemment un gros gain en termes de scalabilité avec des temps de production réduits, cela peut générer des problèmes quant à l’ordre des blocs, avec des soucis d’invalidation qui peuvent se présenter.

L’ensemble du réseau fonctionne avec un système de gouvernance composé de seulement 39 organisations. Ces entités s’occupent de diriger le codebase de Hedera, de voter les décisions de la plateforme et d’exploiter les premiers nœuds du réseau.

Ainsi, à l’heure actuelle tous les nœuds sont administrés par des membres d’Hedera hashgraph ou de son conseil de gouvernance. Toutefois, le projet a prévu d’ouvrir le système à d’autres participants à l’avenir pour gagner en décentralisation.

Pour finir, il faut noter qu’à l’inverse de beaucoup de modèles de blockchains comme Ethereum, Hedera hashgraph n’utilise pas de système d’enchères pour ses frais de transactions.

Cela permet de ne pas avoir de frais qui explosent parce que certains utilisateurs sont très pressés de faire passer leurs transactions et font mécaniquement monter le coût moyen des transactions.

Les avantages/inconvénients de Hedera Hashgraph

L’un des atouts indéniables de la blockchain Hedera hashgraph est sa grosse vitesse de transaction : le projet annonce pouvoir gérer jusqu’à 10 000 transactions par seconde.

Un autre gros point positif reste ses très faibles coûts de transactions, avec des opérations qui coûtent moins d’un centime de dollar.

Malgré ces avantages, Hedera hashgraph n’en reste pas moins une blockchain assez controversée. En effet, elle est jugée par beaucoup trop centralisée et pas assez ouverte à ses utilisateurs.

Son système de consensus avec seulement 39 très grosses entreprises qui dirigent le réseau n’est pas vraiment en adéquation avec le courant de pensée des crypto fans.

Pour rappel, ce sont des sociétés comme Google, IBM ou encore EDF qui siègent à la gouvernance du conseil d’Hedera hashgraph.

Ce n’est pas forcément un gage de confiance quand on sait que l’idéal philosophique des cypherpunks était justement de se libérer des oligarchies et du pouvoir de quelques puissants.


Membres de l’équipe

Dr Leemon Baird

Il est le fondateur de l’algorithme de consensus distribué hashgraph et est aujourd’hui responsable scientifique chez Hedera.

Il est aussi le cofondateur et directeur technique chez Swirlds Inc, une plateforme de développement de DApps. La société Swirlds Inc détient la propriété intellectuelle du consensus Hedera.

Avant cela, il a également été professeur des sciences informatiques à l’Académie de l’US Air Force et chercheur à l’Academy Center de Cyberspace Research.

Mance Harmon

Mance est un entrepreneur dans de multiples projets, et il est l’actuel PDG de Hedera. Il est également cofondateur et PDG de Swirlds Inc.

Il possède une grande expérience dans le milieu avec beaucoup de postes occupés en tant que dirigeant dans l’industrie de la sécurité informatique.

Avatar autheur

Rédacteur financier
Publiez vos articles

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents