Essayez Gratuitement
Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement
Attendez ! profitez de notre formation offerte Box initiation
Non merci, pas aujourd'hui

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Elrond (EGLD)

Elrond est une blockchain d’infrastructure créée comme beaucoup d’autres pour concurrencer Ethereum avec l’aide de son jeton natif : le eGold (EGLD).

Sommaire

Elrond EGLD

Caractéristiques d’Elrond

Né en Roumanie, le réseau se veut être « la blockchain à l’échelle d’Internet » selon les dires de son équipe de développement.

La blockchain possède déjà plus de 3000 validateurs sur son réseau en sachant qu’il faut regrouper 2500 EGLD pour être un nœud validateur d’Elrond.

L’équipe insiste également sur le fait qu’Elrond doit être interopérable avec les autres blockchains.

A cet effet, les développeurs ont mis en place la plateforme Arwen Virtual Machine, censée pouvoir prendre en charge les smart contracts d’Ethereum par exemple.

Parmi les innovations qu’a amené Elrond on peut citer son adaptative state sharding, une forme évoluée de sharding, qui est d’ailleurs une technologie qui sera utilisée sur Ethereum 2.0.

Elrond se démarque également par son mode de consensus spécifique : le secure proof of stake.

Quelle est l’histoire de l’EGLD et de sa blockchain ?

L’histoire a démarré en octobre 2017 sous l’impulsion de Beniamin Mincu, CEO du projet, de son frère Lucian Mincu et de Lucian Todea.

Le 1er whitepaper sort en mai 2018 et un second est publié en novembre 2019 pour un déploiement du réseau qui débute en juillet 2020.

Initialement un jeton temporaire, l’ERD, a été créé pour réussir à lever des fonds avant la finalisation du projet et du jeton EGLD.

En avril et mai 2019 l’équipe a ainsi pu récolter 3,25 millions $ en émettant 3,8 millliards de jetons ERD.

L’ERD circulait pendant cette période au format ERC-20 sur la blockchain Ethereum, mais également sur la Binance Smart Chain.

C’est en septembre 2020 que le swap entre l’ERD et l’EGLD a eu lieu en passant dans le même temps sur la version finale du réseau Elrond.

Au passage la quantité émise a été divisée par 1000, les 20 milliards d’ERD devenant ainsi 20 millions d’EGLD.

En octobre 2021, le réseau continue son développement en lançant son premier DEX : Maiar.

A la fois plateforme pour la DeFi et application mobile, Maiar vise à faciliter l’expérience crypto pour les néophytes.

Les Tokenomics du projet

Comme évoqué, l’équipe de développement a récolté 3,25 millions de $ avec ses 3,8 milliards d’ERD temporaires.

Cela représentait 25% de la totale supply à l’époque.

Finalement, ce sont 19% des tokens EGLD qui ont été distribués durant des phases de ventes privées. Le même pourcentage s’est vu réservé pour l’équipe de développement.

17% des tokens ont quant à eux été gardés en réserve.

L’équipe en a dédié 8,5% à son marketing, 7% aux airdrop et donations, 2,5% à ses conseillers et 2% au fonds communautaire.

Tout comme Bitcoin, la quantité d’EGLD est limitée. La quantité maximum d’EGLD sera de 31 415 927 de tokens.

Avec ce modèle, le taux d’inflation annoncé devrait tendre vers 0,6% après les 10 premières années d’existence du réseau.

Ainsi, à mesure que le temps avance, les récompenses de minage vont baisser progressivement mais elles devraient être compensées par une augmentation des frais d’échange.

Quelle technologie utilise Elrond ?

Elrond apporte sa dose de nouveautés dans l’univers crypto avec notamment son Adaptative State Sharding.

Le sharding réside dans le fait de fragmenter le réseau en sous-réseaux (shards) où chaque « branche » est responsable d’une partie du traitement des données.

Cela permet d’alléger la chaîne principale et de paralléliser le traitement des transactions en attente, faisant gagner un temps incroyable par rapport à des réseaux comme Bitcoin ou Ethereum.

Il est souvent question de network sharding, transaction sharding ou state sharding. Elrond utilise une version avancée de tout cela.

En fait, théoriquement le nombre de shards sur Elrond s’adapte aux besoins du réseau.

L’ensemble des shards sont ainsi gérés par la chaîne principale : la Metachain.

Cependant, cela pose le problème de l’indépendance des shards. Un shard « malveillant » pourrait insérer des données corrompues et tenter de déstabiliser le réseau.

C’est là qu’une autre innovation d’Elrond entre en jeu : le Secure Proof of Stake.

Il s’agit en fait d’un mécanisme de consensus classique de proof of stake consistant à regrouper des jetons bloqués pour valider les transactions.

La nouveauté ici, c’est la méthode atypique de sélection des nœuds validateurs. En effet, ils sont attribués au hasard aux différents shards et sont mélangés régulièrement. On appelle cela le mécanisme de Node Shuffling.

Schéma du node shuffling d'Elrond
Ce schéma illustre le fonctionnement du Node Shuffling d'Elrond.

Tous ces nœuds ont un score individuel qui indique leur fiabilité et leur réactivité. Naturellement, plus sa note est élevée, plus un nœud a de chances d’être choisi.

Si sa notation devient trop basse, le nœud en question est bloqué. Ainsi, il devra payer une amende pour être débloqué.

Les points forts d’Elrond

Son système de sharding donne à Elrond un point fort très clair : sa scalabilité.

Officiellement le réseau peut déjà traiter 15 000 transactions par seconde (en comparaison Bitcoin en traite 5-7 et Ethereum 15).

Selon ses développeurs, le réseau pourrait même atteindre les 100 000 transactions par seconde à l’avenir.

Elrond offre également à ses utilisateurs de relativement faibles coûts de transactions avec des frais qui s’élèvent le plus souvent à quelques dizaines de centimes de $.

L’autre atout majeur du projet c’est son appétence indéniable pour le marketing.

Dans un monde crypto de plus en plus concurrentiel, se démarquer est difficile mais primordial pour dominer ses concurrents.

Et cela Elrond l’a bien compris en reprenant des noms majeurs de l’œuvre de Tolkien pour nommer l’ensemble de ses tokens et services.

Bien que très prometteur, le réseau n’a pas encore connu de surcharge et Elrond remplira vraiment ses promesses le jour où il comptera autant d’utilisateurs qu’Ethereum.

Membres de l’équipe

Beniamin Mincu

Beniamin Mincu est le CEO du projet. Avant Elrond il avait déjà cofondé le fonds d’investissements MetaChain, spécialisé dans les actifs numériques.

Il a auparavant été responsable du marketing, des produits et de la communauté du projet NEM de 2014 à 2015.

Il a également été visionnaire en investissant très tôt dans des projets comme Tezos, Binance ou encore le navigateur Brave.

Lucian Mincu

Son frère Lucian Mincu a cofondé Elrond à ses côtés et en est l’actuel CIO.

Il a participé aux côtés de Beniamin au fonds MetaChain ou au projet Market Data, un agrégateur d’informations destiné aux ICO.

Il a également travaillé en tant qu’ingénieur en technologie de l’information et spécialiste de la sécurité pour les entreprises Uhrenwerk 24, Cetto et Liebl Systems.

Lucian Todea

Lucian Todea est le 3ème cofondateur d’Elrond. C’est un entrepreneur qui a notamment fondé et dirigé Soft32, un site de révision et de téléchargement de logiciels.

Investisseur à succès dans les projets TypingDNA et SmartBill, il est actuellement COO chez Elrond.

Avatar autheur

Rédacteur financier
Publiez vos articles

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents