Essayez Gratuitement
Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement
Attendez ! profitez de notre formation offerte Box initiation
Non merci, pas aujourd'hui

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Bitcoin SV (BSV)

Bitcoin SV ou Bitcoin Satoshi Vision est un fork de Bitcoin Cash qui a vu le jour en 2018. Son ambition est de coller au plus près de la vision initiale de Satoshi lors de sa création du Bitcoin.

Sommaire

Différentes répliques de Bitcoin

Caractéristiques du Bitcoin SV

Bitcoin SV est un hard fork de Bitcoin Cash, qui lui-même était un hard fork de Bitcoin, ayant vu le jour en 2018. Son objectif et sa raison d’être selon ses créateurs est de défendre et réaliser la vison initiale de Satoshi Nakamoto.

Il met en avant le système de paiement électronique pair-à-pair qui est la raison première d’exister de Bitcoin, en déplorant la valeur spéculative qu’a pris Bitcoin avec le temps.

Le projet veut rétablir ce pourquoi Bitcoin avait été créé initialement : être un moyen simple, peu cher et décentralisé de paiement entre particuliers et entreprises.

Dans les modifications effectuées il y a notamment la suppression des limites artificielles de la taille des blocs. Les développeurs ont également réactivé certaines commandes de script qui avaient été désactivés par les développeurs travaillant sur Bitcoin depuis sa naissance.

Cela permet au réseau de traiter plusieurs milliers de transactions par seconde avec des frais extrêmement bas.

Le projet inclus aussi plus de fonctionnalités avec la possibilité d’une plus grande flexibilité dans l’introduction de smart contracts et la suppression d’une majorité des mises à jour du code effectuées jusqu’ici.

Bitcoin SV reprend le white paper original de Satoshi Nakamoto ainsi que quelques uns de ses écrits pour essayer de coller au plus près à sa vision originelle de Bitcoin.

L’initiative est menée depuis le début par Craig Wright, l’entrepreneur australien qui clame haut et fort être Satoshi depuis 2015.

Quelle est l’histoire du Bitcoin SV ?

La scission entre Bitcoin Cash et Bitcoin SV est née de différends entre 2 parties de la communauté Bitcoin Cash. Les défenseurs de Bitcoin SV souhaitaient un arrêt des mises à jour régulières du protocole et revenir aux fondements du code initial.

L’implémentation logicielle Bitcoin ABC prévue sur Bitcoin Cash le 15 novembre 2018 mis un point final au désaccord entre les deux parties. Les partisans d’une non mise à jour décidèrent de scinder la blockchain en deux et de fonder Bitcoin SV le jour de l’implémentation.

Schéma des forks de Bitcoin
Voici un schéma sur les principaux forks du Bitcoin

Depuis sa mise en place, le réseau Bitcoin SV a tout de même connu de multiples secousses, notamment dues aux frasques de son meneur Craig Wright. Suite à de nombreuses déclarations toxiques, sur sa prétendue paternité de Bitcoin entre autres, le projet s’est mis beaucoup de crypto fans à dos.

En avril 2019, c’est Changpeng Zhao lui-même, le PDG de Binance, qui annonça que l’exchange délistait le token BSV. D’autres plateformes comme Kraken ou ShapeShift lui enclenchèrent le pas, excédées par les prises de position excessives du mégalomane australien.

Les Tokenomics du BSV

Les BSV sont les tokens de la blockchain en question. A l’image des réseaux Bitcoin et Bitcoin Cash, le nombre de tokens est capé à 21 millions d’unités. Ils sont une duplication des BCH existants au moment du hard fork

Aujourd’hui, plus de 19 millions sont déjà en circulation et le calendrier d’émission du BSV suit celui de ses prédécesseurs Bitcoin et Bitcoin Cash avec une réduction des récompenses qui a lieu tous les 4 ans environ.

Les nouveaux tokens émis sont distribués aux mineurs qui contribuent grâce à la Proof of Work (PoW) à sécuriser le réseau. Ceux-ci gagnent également les frais des transactions contenues dans leurs blocs validés.

La capitalisation totale du BSV en juillet 2022 est de 900 millions de $, loin des 375 milliards de son aîné.

Quelle technologie utilise Bitcoin SV ?

Etant dans la succession de Bitcoin et Bitcoin Cash, Bitcoin SV fonctionne sur même consensus. Le réseau est régi par le Proof of Work (PoW). Les mineurs utilisent ainsi leur puissance de calcul pour trouver la solution au bloc suivant et garantir la sécurité du réseau.

Leurs efforts permettent d’établir un consensus sur lequel se basent tous les participants du réseau pour effectuer leurs transactions.

A l’image de Bitcoin, l’ajout d’un nouveau bloc sur le réseau se fait environ toutes les 10 minutes.

En revanche, la grande différence de Bitcoin SV par rapport à ses prédécesseurs c’est la taille de ses blocs. En effet, celle-ci est illimitée et elle peut atteindre des records avec des blocs dépassant les 2Go. Pour rappel, ceux de Bitcoin ne pèsent que 1Mo, soit 2000 fois moins.

Ainsi, cela permet à Bitcoin SV de s’adapter à l’activité sur le réseau. Il n’y a pas de risque d’engorgement du réseau en cas de forte utilisation de celui-ci.

L’équipe de développement de Bitcoin SV déclare même que le réseau peut traiter plus de 100 000 transactions par seconde.

La blockchain Bitcoin SV offre également la possibilité d’héberger des smart contracts, ce qui en fait une possible alternative aux lenteurs du réseau Ethereum quand il est surchargé.

Avis Bitcoin SV : vraiment dans les traces de Satoshi ?

Le projet Bitcoin SV est très ambitieux et il se targue de vouloir suivre les traces de Satoshi dans sa vision initiale de Bitcoin. Ses partisans soutiennent même une vision d’un nouveau « metanet« , c’est-à-dire un nouvel Internet qui serait entièrement hébergé par la blockchain Bitcoin SV.

Pourtant, tout est loin d’être parfait et Satoshi aurait sûrement à redire sur ce qui est censé être SA vision de la crypto.

En premier lieu sur la mise à l’échelle illimitée grâce à l’augmentation de la taille des blocs. En effet, cela pose évidemment la question de la centralisation des données.

Effectivement, le pré requis de base de Bitcoin était une décentralisation totale avec la possibilité pour un maximum d’individus de faire tourner un nœud Bitcoin grâce à ses blocs de 1Mo.

À lire aussi :

A l’inverse, des blocs de 1Go, 2Go voire plus nécessitent; et plus le temps avance plus ce sera le cas; un matériel informatique très performant, donc pas à la portée de tout le monde.

Cela remet ainsi encore une fois le pouvoir aux mains de ceux qui ont le plus d’argent. Cela revient à remplacer un monde contrôlé par les GAFA par un autre contrôlé par une poignée d’acteurs crypto.

A l’encontre donc de la vision initiale qu’avait Satoshi de libérer les individus de la pression des Etats et des grandes multinationales. Plus un pouvoir est centralisé plus il est facile à censurer.

Une autre dichotomie entre Bitcoin SV et son ancêtre c’est sa volonté de se conformer aux lois en essayant de se faire bien voir des législateurs.

A l’inverse, Bitcoin, et même Bitcoin Cash, sont justement nés d’une vision anarchiste qui voulait s’extraire de l’autorité étatique.

Membres de l’équipe

La société Blockchain nChain est à l’origine du réseau Bitcoin SV. Elle fournit une infrastructure aux développeurs qui travaillent sur la blockchain.

Le très célèbre entrepreneur Craig Wright, qui prétend être Satoshi Nakamoto, faire parti des fervents défenseurs du projet Bitcoin SV puisqu’il est responsable scientifique chez nChain.

Très controversé, son attitude toxique avec un rejet de ceux qui ne partagent pas son point de vue, tend à ternir l’image du projet.

Le projet a également le soutien du milliardaire Calvin Edward Ayre qui est à la tête de Coingeek.com, un site d’actualité crypto. A noter que le nœud détenu par CoinGeek fournit plus de 25% de la puissance de calcul du réseau.

À lire aussi :
Avatar autheur

Rédacteur financier
Publiez vos articles

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents