Areva : la ruée vers l’or ?

Areva : la ruée vers l’or ?

Difficile de passer à côté de l’une des principales nouvelles de la semaine, à savoir : la signature du contrat entre EDF et le gouvernement Britannique, pour la construction d’une nouvelle centrale nucléaire.

Ce qui a immédiatement entraîné une hausse du prix sur les actions de la compagnie, qui ont gagné 6 % ce lundi 21 Octobre : regardons ensemble si l’intérêt des investisseurs est justifié…

Les prévisions des analystes :

Nous éviterons de lancer le débat sur le nucléaire, thème toujours très polémique, pour nous concentrer uniquement sur le titre de façon objective.

Selon les analystes, l’action d’AREVA, actuellement dans les 16 €, devrait atteindre 19 € dans les 3 prochains mois : il y a donc là de quoi motiver les investisseurs.

De plus, le projet estimé à 19 milliards d’euros, semble relancer AREVA dans la course au nucléaire, après la stagnation des ses contrats depuis 2007 (source : http://www.usinenouvelle.com/article/god-save-le-nucleaire.N211209).

Pour l’occasion, la société AREVA elle-même, investie dans 10 % des parts du projet, aux côtés d’EDF et des investisseurs chinois (CGN et CNNC).

Les estimations pour les années à venir sont donc plutôt encourageantes :

areva prévisions financières
Source : http://www.zonebourse.com/AREVA-8084917/fondamentaux/

Le titre a-t-il de l’avenir ?

Pour l’instant, il semblerait que le titre ait encore un bel avenir devant lui, au-delà du prochain trimestre.

Tout d’abord, parce que même si l’Allemagne et l’Italie ont définitivement tourné la page du nucléaire, la Grande-Bretagne souhaite, elle, construire un total de six réacteurs nucléaires supplémentaires d’ici 2025.

Ainsi, le pays supprimera peu à peu un grand nombre de ses centrales électriques. Cela signifie autant de contrats potentiels pour AREVA.

Ensuite, on attend la fin du processus de construction de 4 centrales nucléaires de la société, dans les villes d’Olkiluoto (Finlande), Flamanville (France), Hinkley (Royaume-Uni), et Taishan (Chine). Cette dernière devrait d’ailleurs être fonctionnelle à partir de 2014.

Et enfin, si les estimations de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) sont justes, il faut prévoir une augmentation mondiale d’énergie de 60 % d’ici à 2050.

Ce qui laisse présager un bel avenir aux centrales nucléaires (et donc, à AREVA par la même occasion) qui verront leur nombre se multiplier pour faire face à cette demande.

À moins bien sûr, qu’il existe d’autres alternatives dans un futur assez proche, ce qui semble pour l’instant assez compromis.

(Source  Doctissimo : http://environnement.doctissimo.fr/economiser-l-energie/nucleaire/Le-nucleaire-une-energie-d-avenir-.html)

Quels sont les risques liés à l’achat de titres AREVA ?

Bien entendu, tout il existe la possibilité de scénarii alternatifs à la hausse continue de l’action AREVA sur le long terme :

  • La grande Bretagne fait appel à une autre société pour lui fournir des réacteurs nucléaires (cela semble aujourd’hui très peu probable, mais ce n’est pas dénué de sens)
     
  • Une nouvelle catastrophe nucléaire survient : oui, c’est plutôt alarmiste, et après Fukushima en 2011, on peut espérer une meilleure maîtrise de ce type de risque (mais malheureusement, c’est aussi possible)
     
  • Tous les citoyens de la planète deviennent responsables dans leur démarche écologique et ne consomment que des énergies renouvelables (c’est triste à dire, mais soyons honnête, c’est le scénario le moins probable de tous)
     

Si l’on veut rester réalistes, il semblerait donc que les titres de la société AREVA présentent aujourd’hui (et dans les mois qui suivent), une belle opportunité de plus-value pour les investisseurs court terme/moyen terme.

Les investisseurs long terme pourront quant à eux miser non seulement sur ce premier projet, mais également sur le développement de tous les autres projets en préparation.

Que pensez-vous d’Areva et de ses opportunités ?

Eva G.
Rédactrice financière pour EnBourse